Mar 02

Comprendre et trouver des morilles

La morille est le champignon le plus prisé des amateurs et les coins sont difficiles à trouver, alors mieux les connaître c’est pour mieux les trouver.
La bonne période pour comprendre et trouver des morilles commence en mars et peut se prolonger jusqu’en juin (Un hiver neigeux = un printemps à morille) c’est le choc thermique du passage de l’hiver au printemps ou d’une semaine de froide /pluie aux journées chaude et ensoleillée qui entraîne la sortie des morilles.
Celles-ci aiment la terre grasse, en jachère, les broussailles, les zones humides au bord de ruisseaux, d’étangs, mais aussi les endroits ensoleillés en lisière de forêt, les talus herbeux, le bord des chemins présentant une bonne exposition. Les zones fréquentées par des rongeurs ou les lieux récemment brûlés par les bûcherons sont aussi à noter.

L’apparition des premiers bourgeons sur les frênes ou noisetiers peut être un indicateur sur l’apparition des morilles. Difficiles à déceler dû à sa couleur votre cueillette doit se faire lentement.

 

Remarque #1 : Toujours faire cuire vos morilles pendant plus de 15 minutes et ne surtout pas boire l’eau de cuisson, les morilles contiennent des substances toxiques.

 

Différentes sortent de morilles :
La morille élevée (Morchella elata)
La morille commune (Morchella esculenta)
La morille blonde ou morille ronde (Morchella rotunda)
La morille conique (Morchella conica)
La morille délicieuse (Morchella deliciosa)
Différentes sortent d’arbres associé à la morille:
Le frêne (espèce la plus appréciée des morilles)
L’épicéa (Picea abies)
Le saule blanc (Salix alba)
Le sapin blanc (Abies alba)
L’orme champêtre (Ulmus campestris)
Le merisier ou Cerisier des oiseaux (Prunus avium)
Le noisetier commun (Corylus avellana)
Le troène commun (Ligustrum vulgare)
Le bouleau (Genre betula)
Le pommier (Genre Malus)
On trouve des morilles dans les forêts de conifères, les vergers, les vignobles.

 

Différentes sortent de plantes associées à la morille :
L’anémone sylvie ou anémone des bois (Anemone nemorosa)
Les ficaires (Genre Ranunculus)
Les jacinthes (Genre Hyacinthus)
Les primevères (famille des Primulacées)
L’orchis (orchidée sauvage)
Les orties (Genre Urtica)
L’ail des ours (Allium ursinum)
Le Lierre terrestre (Glechoma hederacea)
La ficaire fausse-renoncule (Ranunculus ficaria)
La dryade à huit pétales (Dryas octopetala)
L’Epervière des murs (Hieracium murorum)

 

Remarque #2 : Ne pas piétiner les « spots » en les écrasant vous pouvez entraîner la régression du nombre de morilles, d’année en année Lors de vos cueillettes, faites.